Français

Comment se faire obéir sans hausser le ton ?

Avec des enfants, il est difficile de faire le juste milieu entre être trop sévère et trop laxiste. Vous ne voulez pas que votre enfant devienne un enfant roi, ni qu’il se sente oppressé ? Voici quelques astuces pour faire régner l’ordre, sans pour autant créer une monarchie !
Le 23/01/2020

On s’est appuyé sur 100 façons de se faire obéir de Anne Bacus. Asseoir son autorité n’est pas toujours chose aisée d’autant plus qu’aucun des parents ne veut avoir le rôle du « Méchant ».

Pour cela, il suffit d'affirmer votre autorité en maintenant le « Non », tout en le positivant :

  • « Non mais, » est l’idée à pratiquer. Il faut positiver le message, et expliquer le refus de la demande de l’enfant. Exemple : Un enfant souhaite acheter une peluche dans un supermarché. « Non, car tu as déjà des peluches à la maison qui n’attendent que toi. Si tu veux, on pourra jouer avec elles en rentrant, tu pourras toutes me les montrer ! » En trouvant une alternative, vous satisfaites quand même l’envie de l’enfant.
  • Lui offrir la possibilité de choisir. Vous êtes ferme sur votre ton, votre enfant ne mangera pas dans le salon. Mais, vous pouvez l’autoriser à manger dans la cuisine ou le jardin. Il sera d’autant plus satisfait de choisir par lui-même.
  • Il faut que le « Non » soit commun aux deux parents. Si l’un accepte tandis que l’autre refuse, l’enfant sera confus, et pourra profiter de la situation en plus d’avoir des repères flous.

Expliquer pourquoi ce n’est pas possible de céder à ses envies, à ses caprices. Il faut dialoguer pour se mettre d’accord et trouver un terrain d’entente :

  • Utiliser une formule personnelle, un langage entre vous et lui qui lui permettra de se sentir proche de vous. L’enfant ne se sentira pas attaqué. Exemple : « Je ne comprends pas quand tu pleures, je te laisse te calmer dans mes bras si tu veux ». Il faut calmer le ton.
  • N’hésitez pas à le questionner sur ce qu’il ressent. Pourquoi crie-t-il ? Pourquoi ne souhaite-t-il pas manger ? Soyez patient et attendez d’entendre son argumentation.

La relation enfant-parent doit évoluer dans un environnement stable et sain :

  • Offrir à l’enfant un bon exemple en tant qu’adulte. Ne pas dire de gros mots, être poli, l’enfant essayera de vous imiter.
  • Si l’enfant n’est pas en confiance, il se braquera et sera beaucoup plus violent et dans la négation. Ce pourquoi il ne faut pas hésiter à le complimenter quand il fait une bonne action, quand il réussit quelque chose, ou quand il se comporte bien.
  • Pour éviter les malentendus qui peuvent troubler l’enfant, demandez-lui de répéter ce qui a été dit, pour voir s’il a bien compris la situation et ce qui ne doit plus être refait. Faites lui réexpliquer s’il semble hésitant. Après cela, vous pourrez repartir sur de bonnes bases, tout en le félicitant d’avoir compris de lui-même son erreur.  

Vivre dans un cadre sécurisant et avec des limites. L’enfant cherchera coûte que coûte à tester ses limites et les vôtres. Si son environnement n’est pas distinctement limité, il cherchera les failles :

  • Pour cela, laissez-le s’exprimer. L’enfant a besoin de verbaliser et de s’exprimer sur ses besoins et ses envies. Exemple : Pierre souhaite écrire sur le mur avec ses nouvelles craies. Si ce n’est pas déjà fait, proposez-lui d’aller tester ses nouvelles craies sur le sol dehors tout en lui expliquant que le mur est interdit.
  • Fonctionnez avec un système de récompenses quand des objectifs donnés sont atteints. L’enfant sera motivé à faire des activités, qu’il aurait refusé catégoriquement avant.
  • Faites confiance à votre enfant ! Alors, même s’il a une idée derrière la tête, tant que cela n’est pas dangereux, ne lui interdisez pas tout !

Les repères de l’enfant sont complémentaires à son obéissance :

  • Il faut créer des habitudes le plus tôt possible pour que l’enfant puisse avoir des repères. Par exemple, après le repas, l’enfant doit se brosser les dents pour aller jouer.
  • Mais pour être bien calé et éviter tout problème, l’horloge et le minuteur sont idéals pour animer le temps de certaines activités, ou bien pour faire accélérer les choses. Sous une forme ludique comme une mission le parent peut proposer à l’enfant de s’habiller en 10 minutes. En contrepartie il choisira l’histoire. C’est également un moyen de prévoir, pour que l’enfant ne soit pas déboussolé : « Quand l’horloge sera à 8h, nous partirons ».
  • Et le plus important, c’est la mise en place de règles de vie. Celles-ci peuvent être affichées, et l’enfant pourra s’y identifier lorsqu’il fera une bêtise, ou non. Il aura conscience de ce qu’il peut faire, de ce qu’il doit faire, et de ce qu’il ne peut pas faire.

 

 

©2020 - FAMILIB - Pixele - C.G de Location. - C.G de Vente. - Mentions légales - Location siège auto Paris - Location poussette paris. - Location lit bébé - Location siège auto bébé paris - Location porte bébé. - Espace partenaires

HAUT